Essai Joker Boat Coaster 650 Barracuda

Un sportif qui a des cannes !

Premier Joker Boat résolument destiné à la pêche, le Baraccuda possède de nombreux atouts pour séduire les accros du moulinet. A commencer par un cockpit doté de nombreux équipements dédiés, mais aussi une carène qui combine à la fois sportivité, performances et caractère marin.

Texte et photos Philippe Leblond


 38 494 € sans moteur
 6.7 m
 12
 40,4 nds avec Yamaha 175 ch 4T

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Essai paru le 10/01/2019

Fiche technique

Longueur 6,7 m
Largeur 2,55 m
Diam. maxi des flotteurs 55 cm
Nbre de compartiments 6
Puissance maxi 225 ch (166 kW)
Puissance conseillée par Pneumag 135 – 200 ch
Poids sans moteur 700 kg
Rapport poids/puissance 5,3 kg/ch (avec le moteur de l’essai)
Nombre de personnes 12
Couchage 0
Charge utile 0 kg
Matériau flotteurs CR/CSM Orca 1 670 décitex
Capacité carburant 170 l
Catégorie CE C
Constructeur Joker Boat S.l.r. (Italie)
Importateur Hyères Espace Plaisance (83 - Hyères)
Droits annuels sur la coque exonéré
Droits annuels sur le(s) moteur(s) exonéré



Les initiatives des constructeurs de semi-rigides sont encore rares dans le domaine du bateau conçu et pré-équipé pour la pêche. Une bonne raison de saluer celle du chantier Joker Boat qui a décidé de franchir le pas avec cette déclinaison du Coaster 650, l’un de ses modèles les plus vendus. Dévoilé au Nautic de Paris 2017, ce nouveau modèle destiné aux amateurs de pêche mérite effectivement le déplacement et nous avons pu en prendre les commandes dans la baie d’Hyères, à portée de moulinet des installations du fidèle importateur de la marque : HEP. Voyons de plus près de quoi il en retourne…



Au ponton



Il n’avait pas manqué de susciter notre curiosité au Nautic de Paris et c’est avec intérêt que nous l’avons retrouvé pour cet essai. Car, bien que basé sur la carène éprouvée du Coaster 650, à partir duquel il est décliné, le Baraccuda fait sensation au sein de la gamme Joker Boat, jusque-là exclusivement composé de semi-rigides « tout confort », voués au triptyque « balade-farniente-baignade », mis à part l’éphémère Clubman 22 Open, il y a quelques années. Au premier coup d’œil, la destination de ce nouveau Joker est claire : la pêche avant tout ! Et le chantier milanais n’a pas fait les choses à moitié, avec un cockpit bien dégagé dans sa partie arrière, refermée par un tableau arrière peu élevé (attention au retour de sillage lors des ralentissements brutaux !), mais surtout – et c’est sans doute le point le plus original – des hiloires en polyester surélevés et capitonnés, permettant aux pêcheurs de prendre confortablement appui avec les jambes en action de pêche. Si cela existe depuis longtemps sur les sportfishing américains, c’est à notre connaissance une première dans le domaine du semi-rigide ! De surcroît, ces plats bords peuvent en option intégrer deux coffrets et même un petit évier inox (à tribord), et recevoir des supports de cannes additionnels. Ils supportent également à leur extrémité arrière, des taquets bien dimensionnés et facilement accessibles, à l’image de celui de la delphinière qui sert à l’amarrage comme au mouillage.



Toujours dans l’optique « pêche », il y a bien sûr le vivier. Bien que « posé » sur le plancher (certains sont intégrés afin de laisser plus d’espace libre sur le pont), il est alimenté en eau de mer par une pompe pour conserver les vifs ou les prises lors de longues sorties de pêche. Plus fort : le Baraccuda dispose, sous le siège situé devant la console, un second vivier à circulation d’eau de mer ! Une première aussi sur un semi-rigide équipé chantier. Revenons vers l’arrière, pour signaler la présence, dans le dossier du siège de pilotage d’une douchette d’eau douce et d’un jet de rinçage d’eau de mer, parfait pour nettoyer le cockpit après avoir vidé les poissons... Autre détail pratique pour les pêcheurs occasionnels qui ne disposeraient pas d’une boîte de pêche, les tiroirs à leurres intégrés à la console. Malgré le manque relatif d’espace en avant du poste de pilotage (siège + coffre/solarium), Joker Boat propose en option une tablette sur pied, amovible, comportant quatre porte-cannes supplémentaires. Ils viennent s’ajouter à ceux des plats bords et du dossier de pilotage. Il est même possible d’en fixer d’autres sur la main courante arrière du T-top (inox/polyester) qui porte également deux projecteurs à leds et les feux de navigation pour les parties de pêche nocturnes.



Le poste de pilotage, volontairement compact, laisse des passavants de 31 cm (console) et 35 cm (siège) de chaque bord, permettant de se déplacer facilement sur le pont, sans avoir à grimper sur les flotteurs. Et, comme le Baraccuda est au gabarit routier sans dégonflage (2,55 m), le siège de pilotage et la console sont assez étroits. Il est dommage qu’on ne puisse se tenir confortablement à deux derrière le tableau de bord, dont l’espace est aussi mesuré, mais capable cependant d’intégrer un combiné GPS-sondeur de bonne dimension (mais pas deux).        



En mer



Lors de notre essai dans la baie d’Hyères, une bonne brise d’Est levait un clapot agressif de 70 cm qui nous a posé quelques problèmes pour exploiter tout le potentiel vitesse de ce Barracuda disposant d’un Yamaha 175 ch. La bonne volonté du quatre cylindres japonais n’est pas en cause, mais nous n’avons pas pu prendre le régime maxi et trimer à notre guise, le bateau étant un peu difficile à tenir au-delà de 40 noeuds dans ces conditions. Nous avons donc dû nous contenter de 40,4 nœuds, ce qui n’est pas en soit une performance décevante, surtout compte tenu du frein aérodynamique exercé par le T-top, mais l’on peut raisonnablement penser que trois ou quatre nœuds supplémentaires auraient pu améliorer le score par mer calme.



En tout cas, au volant du Barracuda, on ne s’ennuie pas ! Le bateau est vif, joueur même, et offre une sensation de légèreté qui pimente le pilotage, en tout cas dans les conditions de ce test, avec seulement deux personnes à bord et un réservoir presque vide. On se prend vite au jeu d’attaquer dans la vague, avec quelques petits sauts lors desquels le Joker a dévoilé un tempérament sportif et sain. Les accélérations vives en sortie de virage et les reprises musclées en réception dans la vague, sa faculté à bien ressortir des creux, ont aussi montré que cette puissance est un bon choix pour le Baraccuda. Pas besoin d’opter pour un 225 ch (puissance maxi autorisée). Selon nous la bonne fourchette de puissances s’étend de 135 à 200 chevaux. Quelle que soit l’orientation par rapport à la mer, le Baraccuda passe bien, témoignant d’une tenue de cap rigoureuse et d’une certaine souplesse dans le clapot aux allures de croisière. Bien sûr, à l’approche de la vitesse maxi, l’équilibre est un peu dégradé, avec un peu de roulis et quelques impacts secs, inévitables dans une telle mer.



En virage, il fait également preuve d’un bel allant, avec néanmoins une gite intérieure parfois excessive lorsqu’on braque serré avec du gaz. Le nez un peu léger fait qu’il a aussi un peu tendance à « pomper » avec pour conséquence des reprises de grip un peu musclées. Donc, attention de ne pas avoir la main trop lourde sur l’accélérateur en sortie de courbe ! Côté autonomie, le Yam’ 175 tire un bon parti de la capacité mesurée du réservoir (170 litres seulement) avec un rendement de 1,15 mille parcouru par litre consommé. Ce qui engendre une autonomie proche de 200 nautiques, somme toute satisfaisante pour la pêche semi-hauturière à laquelle se destine le Baraccuda.



 



photo Joker Boat Coaster 650 Barracuda


photo Joker Boat Coaster 650 Barracuda


photo Joker Boat Coaster 650 Barracuda


photo Joker Boat Coaster 650 Barracuda


photo Joker Boat Coaster 650 Barracuda


photo Joker Boat Coaster 650 Barracuda


photo Joker Boat Coaster 650 Barracuda


photo Joker Boat Coaster 650 Barracuda


photo Joker Boat Coaster 650 Barracuda





Qualité de réalisation        

Comportement        

Performances      

Equipement          

Adéquation programme        

Rapport qualite/prix      

La conception pêche
Le comportement vif et sain
Le cockpit autovideur à l’arrêt
La position de pilotage efficace et confortable
Le solarium spacieux (avec l’extension)
La gite intérieure un peu excessive en virage serré
Le siège pilotage un peu juste pour deux
La pare-brise qui protège peu
L’ouverture du puits de mouillage exiguë
Les vis apparentes des plates-formes de bain

Face a la concurrence…

Modéle Big Game 660 Viking 650 Fishing Manta 680
Marque Lomac (Italie) Gala (Canada) Pro Marine (France)
Imporlation Stélie Nautic + revendeurs Brig Med (13 – Aix-en-Provence) Réseau de concessionnaires
Longueur 6,48 x 2,47 m 6,50 x 2,50 m 6,80 x 2,53 m
Nb de personnes 18 14 16
Matériau flotteur CR/CSM CR/CSM CR/CSM
Prix 26 000 € (sans moteur) 23 690 € (sans moteur) 25 590 € (sans moteur)
PERFORMANCES
Vitesse maxi 40,4 nds (régime maxi non atteint)
Vitesse de croisière rapide 29,3 nds à 4 500 tr/min
Vitesse de croisière economique 22,7 nds à 3 500 tr/min
Temps de jaugeage n.c.
Accélération de 0 a 20 nds n.c.
Vitesse minimale d’hydroplanage 13,5 nds à 2 500 tr/min
Consommation en usage courant (estimation) 19,7 l/h
Autonomie en usage courant (estimation) 188 milles à 22,7 nds
Hélice de l'essai Reliance 15’’ inox 3 pales