Essai MV Marine 740 Touring

Royal dans les vagues

Ce grand semi-rigide fait preuve d'une facilité impressionnante dans du gros temps, passant à 30 nœuds en sécurité et sans mouiller l'équipage. Et pour le farniente au mouillage, il offre un cockpit, spacieux et convivial, en mesure d'accueillir de nombreux invités.

Texte et photos Jacques Anglès


 28 600 € sans moteur (tarif 2008)
 7.37 m
 26
 41,6 nds avec Suzuki 200 ch 4T

Suzuki-gif-540x145
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 63 Janvier/février 2008




La météo nous gratifie de conditions musclées le jour de notre essai, avec un coup d'ouest de force 5 à 6 en train de forcir qui, soufflant pratiquement dans l'axe de la rade du Brusc, y lève une mer dure, avec environ 1,50 m de creux. Des conditions qui ne devraient toutefois pas faire reculer le MV 740, pour l'heure sagement amarré au port de la Coudoulière. L'homologation en catégorie B, l'aspect robuste de la construction (confirmé par une visite des fonds, généreusement structurés) et le 200 ch Suzuki monté au tableau arrière composent un ensemble sécurisant. Aussi commencerons-nous par le meilleur, à savoir l'essai dynamique, en remettant à la suite la visite de détail. Contact ! Comme toujours quand on met en route un Suzuki, le silence surprend, le ronronnement du moteur étant en l'occurrence couvert par celui du vent. La sortie du port, très exposée, est houleuse, aussi y vais-je avec modération sur la manette des gaz, adoptant pour débuter une allure prudente. Bien déjaugé, le MV 740 passe à 18-20 nœuds avec un confort digne d'éloges. Voilà déjà un bon point à son actif. Second bon point, la carène dégage parfaitement les embruns, le cockpit restant totalement sec. Bien servi par une direction hydraulique douce et par la réserve de puissance dont dispose le 200 Suzuki, le MV 740 délivre un pilotage précis qui permet de bien choisir ses trajectoires dans la houle. Que ce soit par mer de face, de travers ou arrière, en ligne droite comme en courbes, cette coque fait preuve d'un excellent équilibre. Mis en confiance, je commence à attaquer plus franchement dans les vagues, et là c'est un vrai bonheur de pilotage : le MV 740 «passe» à plus de 30 nœuds en délivrant toujours la même sensation de sécurité, en enchaînant les sauts de vagues avec reprises de contact bien en ligne et en douceur (pour autant que ce vocable ait un sens dans des creux de 1,50 m). Un long run «d’étude» à 30-35 nœuds, par mer 3/4 face puis progressivement jusqu’à mer arrière, confirme cette tenue de mer. Dégageons les points forts : équilibre sans faille en longitudinal comme en latéral, souplesse dans les vagues, excellente réactivité au trim. Par mer de face, il ne faut pas hésiter à faire travailler l’étrave, très efficace ; par mer de travers ou arrière on peut aérer la carène, laquelle supporte un excès de trim sans broncher (la ventilation de l’hélice définit la limite). Dommage que cet élogieux tableau soit terni par l’absence d’appui en pilotage debout, le dossier de banquette basculant (sans retenue) ne tenant absolument pas en position d’appui fessier, faute de système de blocage. à revoir impérativement ! Dans une zone plus abritée, le MV 740 confirmera ses qualités, avec un chrono maxi de 41,6 nœuds et une accroche parfaite en virages serrés, où la seule réserve est l’angle de gîte extrême (le bateau est pratiquement «sur la tranche»), qui peut impressionner des passagers non avertis. Convaincant par son comportement dynamique, le MV 40 est néanmoins un modèle à vocation familiale qui, à ce titre, se doit aussi d’offrir du confort. Passons donc à la revue de détail, en commençant par le flotteur. Réalisé en CR/CSM gris-clair (couleur bien adaptée aux climats ensoleillés), il présente une finition assez soignée, avec une bonne protection périphérique par un double liston qui englobe les extrémités arrière, et des mains courantes en cordage Nylon, seulement sur la partie avant. Enfin deux longs plats-bords arrière en polyester, pratiques pour embarquer, sont rapportés sur les boudins. Ils intègrent des taquets d’amarrage et les socles en inox destinés à l’ancrage du taud de soleil optionnel, mais il y manque des mains courantes pour les passagers arrière. Le moule de cockpit, remontant assez peu sur les côtés, inclut l’embase de soute arrière et le massif de proue. Ce dernier est conçu pour recevoir un guindeau (en option). Il déborde nettement sur l'avant, ce qui évite le ragage de la chaîne sur le flotteur, mais il est exposé aux chocs quand on accoste par l'avant. La console et la banquette de pilotage sont vissées sur le plancher, sans joint d'étanchéité (attention, donc, à ne pas ranger d'objets craignant l'eau au fond de ces coffres). L'ensemble est de bonne facture : gel-coat brillant, accastillage inox de qualité (taquets de proue escamotables, davier robuste, mains courantes et poignées, vérins pneumatiques sur les capots de coffres, etc.), avec toutefois un bémol sur les selleries, qui présentent quelques faux plis. Un détail que fait oublier l'agencement fonctionnel du cockpit en deux zones, avant et arrière, bien distinctes (toutes deux convertibles en bains de soleil), avec une circulation facile, un accès pratique à la plate-forme de bain, des coffres volumineux et assez de places assises en navigation. Bien vu, la banquette de pilotage «retournable» (dossier basculant) permettant de convertir la partie arrière en bain de soleil ou en coin repas (table amovible et allonges de solarium optionnels), la grande plate-forme de bain ou la façade postérieure inclinée de la console de pilotage pour éviter de se cogner les genoux. On notera enfin que ce modèle se décline en version Sport, moins conviviale car sans carré arrière, mais dotée d'un vrai leaning-post, ce qui est mieux pour le pilotage.

.



photo MV Marine 740 Touring


photo MV Marine 740 Touring


photo MV Marine 740 Touring





CONCLUSION
Les qualités dynamiques et le confort sont les atouts-maîtres de ce pneu « grand tourisme », robuste, élégant, et capable de s’adapter à tous les programmes, grâce à son cockpit très bien conçu : pêche/plongée (beaucoup d’espace au sol), balade en groupe (famille, amis avec un optimum de six à huit personnes), ou raid croisière en le dotant d’un taud de camping et d’une mini-cuisine facile à installer sous la banquette de pilotage. Enfin, le MV 740 est transportable sur remorque avec les flotteurs dégonflés.




Maxi_24062008-125150image_4
Maxi_24062008-125240image_2
Maxi_24062008-125150image_5 Maxi_24062008-125150image_6 Maxi_24062008-125240image_3