Essai Pholas (Gruppo Mare) 15/18/23

Tendance dolce vita

Ce n'est qu'un début de gamme pour cette jeune marque italienne, mais l'expérience est déjà au rendez-vous. Nous avons pu essayer ces trois mousquetaires sur la mer Adriatique, et le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils ne manquent pas d'arguments pour séduire une clientèle résolument familiale. Bien construits, bien finis, confortables à la mer, ils proposent des cockpits bien équipés. Découverte.

Texte et photos Philippe Leblond


 10 045/14 110/26 550 € sans moteur (tarif 2005)
 4.8 m
 9
 24,6/32,2/43,7 nds

6236suzukimarine570x143
Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 46 Mars/Avril 2005




C'est Carmine Strazzella qui nous accueille. Il dirige avec son frère Paolo ce chantier situé à Lucera, à l'est de Naples, et évoque, sourire aux lèvres, la mutation d'activité de cette entreprise familiale : « Au départ, nous étions des spécialistes de la stratification. C'est nous qui fabriquions les coques pour Sacs. Et puis, il y a trois ans, nous avons voulu créer notre propre marque de bateaux… ». Aujourd'hui, le chantier compte 30 employés qui produisent environ 200 bateaux à l'année. « Et, hormis l'accastillage, nous faisons tout ici ! Souligne fièrement Carmine. Nous allons d'ailleurs construire une nouvelle usine à Manfredoni, sur la mer Adriatique, car nous allons avoir besoin de place. ». Il est vrai que le grand hangar qui abrite les différents postes de fabrication des semi-rigides Pholas (trois modèles familiaux) et Hobby Fish (trois modèles d'annexes), n'est plus de première jeunesse. Faisons fi des apparences, ce lieu abrite un savoir-faire indiscutable et un certain nombre de trésors que beaucoup d'autres chantiers plus connus aimeraient bien avoir dans leurs cartons. « Nous allons lancer deux nouveaux bateaux cette année : le 21, prévu pour avril, et le 33 XP's (voir dessin 3D dans Pneu Mag numéro 44) qui devrait être prêt en mai. L'année prochaine, ce sera au tour d'un 29 pieds, qui sortira en deux versions : semi-cabine et cabine… ». Pas de temps mort chez Gruppo Mare, où l'esprit créatif est sans cesse en éveil. Les esquisses du 21, qui nous ont été dévoilées, sont encore confidentielles, mais très prometteuses, comme le master et le moule de carène du 33 que nous avons pu voir... Gruppo Mare qui réalise 50 % de son chiffre d'affaires à l'export va intensifier sa présence à l'étranger : « L'an passé, ajoute Carmine, nous avons participé à plusieurs salons : Paris, Athènes, Barcelone, en plus de Gênes et Naples. Cette année, nous allons peut-être ajouter Düsseldorf. ». L'arrivée de Pholas sur le marché français, à l'initiative de Gaëlle Stephan, avec sa société SG Nautic, est porteuse d'espoirs : « Je devrais bientôt pouvoir compter sur un réseau d'une dizaine de revendeurs ! », nous a confié Gaëlle. Construction et finition : l'élégance au pouvoir .Les trois modèles de la gamme laissent apparaître une qualité de présentation qui n'est pas seulement due à leur élégant design. Réalisés entièrement à la main, les Pholas ont pour base une carène en polyester monolythique intégrant des renforts de mousse polyuréthane stratifiés sur les fonds, pour ce qui est du carlingage. Le gel-coat est impeccable. Pour ce qui est des flotteurs, ils sont réalisés en tissu Néoprène-Hypalon Label Orca, collé et assemblés sur la coque, à froid et à la main. Celui du 23 et du 18 ont une densité de 1670 décitex, tandis que le 15 se contente de 1100 décitex. Là encore, la finition est tout à fait remarquable, avec un minimum de collages apparents. Quant à la sellerie, dont le dessous est aéré, elle utilise un beau skaï, parfaitement posé sur une mousse à cellules fermées très dense. Tout l'accastillage (taquets, daviers, mains courantes, échelles de bain…) est en inox brillant de belle apparence.Aménagement du pont et du cockpit : confort fonctionnel. Les trois bateaux sont à l'unisson dans leur conception dédiée à la promenade en famille et au farniente, en comportant toutefois quelques astuces d'agencement qui leur sont propres. Commençons par le 15 pieds qui, grâce à une largeur peu commune, propose une surface utile étonnante. Un panneau amovible et un jeu de coussins permettent de prolonger le solarium avant (177 x 118 cm) jusqu'à la console. Un second bain de soleil est aussi possible grâce au dossier rabattable de la banquette de pilotage (136 x 70 cm). Le ton est donc tout de suite donné !



Le confort au mouillage prime sur d’autres activités telles que la pêche ou la plongée. La petite console arrondie est gracieuse mais ne protégera pas le pilote lorsqu’il barrera debout. Excentrée, elle laisse un très large passage à bâbord : 58 cm ! Les nombreux coffres (c’est bien sûr le cas sur les 18 et 23 pieds) sont tous équipés d’un ou deux vérins à gaz facilitant l’ouverture. Sur le 15 pieds, on appréciera le coffre avant et son prolongement latéral dans l’optique de stocker des objets longs tels que les cannes à pêche ou les skis. Ajoutons que la petite delphinière en polyester, avec son davier et ses taquets en inox, est de série ! Sur le 18 pieds, même philosophie : tout pour le farniente. Avec deux solariums (197 x 125 cm à l’avant, 150 x 112 cm à l’arrière), le plan de pont de ce milieu de gamme fait aussi la part belle aux amateurs de soleil et de mouillages longue durée. Ceux-ci regretteront toutefois l’absence, comme sur le 15 pieds, d’une table pour le pique-nique.Ceux-ci regretteront toutefois l’absence, comme sur le 15 pieds, d’une table pour le pique-nique.



En revanche, l’organisation de la poupe ne mérite que des compliments avec une belle plate-forme de bain comportant un bac moteur, une échelle de bain inox télescopique, deux mains courantes judicieusement placées ainsi qu’une douchette. Les taquets sont facilement accessibles pour l’amarrage sans gêner pour autant la circulation sur les plats-bords polyester antidérapants. L’imposant arceau en polyester, lui aussi, supporte l’indispensable taud de soleil. à l'instar du 15, le 18 comporte un volume de rangement considérable et pratique : on notera, à cet égard, le coffre « humide » intégré dans le capot de la cale arrière, idéal pour l’équipement de plongée.Avec le 23 pieds, on entre dans la cours des grands. La surface de pont est impressionnante et, au mouillage, les deux gros flotteurs (58 cm de diamètre) donnent une super assise à ce semi-rigide où chaque détail est empreint d’une recherche esthétique. Le 23 se signale aussi par ses deux beaux bains de soleil : 190 x 139 cm à l’avant et 186 x 140 cm à l’arrière ! Comme cela, il n’y aura pas de jaloux… L’ample console de pilotage est cette fois-ci en position centrale et laisse un passage de 33 cm de chaque côté, ce qui n’est pas très généreux. Il est vrai qu’elle s’aligne sur le siège de pilotage qui comporte deux vraies places. L’assise relevable est une bonne idée, certes, mais ici, elle offre une position assise qui n’est pas des meilleures pour barrer. On notera tout de même la jolie barre à jante alu et la grande place disponible pour monter l’électronique de navigation et de communication, y compris au niveau des genoux du copilote (mais ce n’est pas, à notre avis, la meilleure place), à côté du vide-poches. Pas de problème pour stocker tout le matériel, les coffres sont spacieux et profonds, et en particulier la cale arrière, vraiment généreuse. Le siège de pilotage comporte dans son dos une tablette rabattable pour le pique-nique. Compte tenu du nombre potentiel de « convives », ses dimensions sont un peu justes… à bord du 23, on remarque – mais c’est une tendance qui s’affirme – un important ouvrage polyester, à commencer par celui de la poupe qui « moule » la banquette en formant des plats-bords antidérapants servant aussi de supports aux taquets et poignées inox. L’échelle de bain est intégrée dans l’épaisseur de la plate-forme : plus de risque pour les orteils ! Mais, le plus surprenant reste la proue complètement réalisée en polyester et intégrant une profonde baille à mouillage ainsi qu’un davier servi par un guindeau électrique. L’ancre, en inox brillant (SVP !), peut donc rester à poste. Ce tour du propriétaire se termine par l’arceau polyester, robuste mais esthétique, qui a surtout le mérite de supporter le cabriolet. Il est, bien entendu, démontable puisque le 23 est au gabarit routier, à condition de dégonfler les flotteurs.

.



photo Pholas (Gruppo Mare) 15/18/23


photo Pholas (Gruppo Mare) 15/18/23





Maxi_21052008-122153mesure-option_pholas Maxi_21052008-122153conc-pholas Maxi_21052008-122153app_pholas Maxi_21052008-122227ft_moteur_pholas