Essai Capelli Tempest 900 SUN

Un lifting spectaculaire

Ce tout nouveau Tempest vient remplacer le 900 Sun premier du nom, avec des atouts supplémentaires. Cette réactualisation s’exprime par un pont plus spacieux, convivial et ergonomique. Et, que ce soit en monomoteur ou en bimoteur, les performances seront au rendez-vous.

Texte Philippe Leblond – Photos Yamaha Motor


 168 220 € avec Yamaha 425 ch 4T
 9.42 m
 18
 45 nds
Banniere_axa

Yammai022-warranty_540x145
Orca-logo_rvb

Essai paru le 05/08/2022

Fiche technique

Longueur 9,42 m
Largeur 3,26 m
Diam. maxi des flotteurs 65 cm
Nbre de compartiments 6
Puissance maxi 2 x 250 ch (368 kW)
Puissance conseillée par Pneumag 2 x 200 ch ou 1 x 425 ch
Poids sans moteur 2000 kg
Rapport poids/puissance 5,8 ch/l
Nombre de personnes 18
Couchage 0
Charge utile 0 kg
Matériau flotteurs CR/CSM Orca 1 670 décitex
Capacité carburant 390 l l
Catégorie CE B
Constructeur Capelli (Italie)
Importateur Yamaha Motor France (95 – Saint-Ouen l’Aumône)
Droits annuels sur la coque 178 €
Droits annuels sur le(s) moteur(s) 1 144 €



Apparu il y a une dizaine d’années, le premier 900 Sun, émanation du 900 Work (la gamme pêche/plongée de Capelli), laisse la place à ce tout nouveau 900 Sun qu’il serait presque injuste de qualifier de « phase II » tant il apparaît plus haut de gamme que son prédécesseur. D’abord, il y a son gabarit qui augmente sensiblement, tant en longueur qu’en largeur. La carène aussi a été modifiée : légèrement rallongée à la poupe et dotée d’un angle de quille un peu plus ouvert pour gagner en stabilité au mouillage. Quant au pont, il intègre les coffres et les sièges qui n’étaient pas contremoulés sur le « vieux » Sun. L’ensemble apparaît donc plus cossu et plus confortable, avant même de monter à bord...



 



Au ponton



Le pont reconfiguré, bien que conservant son découpage « trois zones », apparaît plus accueillant avec ses plateformes de bain plus spacieuses, son poste de pilotage plus généreux tout en préservant de larges passavants (36 cm), et ses deux grands solariums avec coussins de complément qui portent la surface totale de farniente à… 6 mètres carrés ! Il convient aussi d’insister sur le pont contremoulé qui génère un volume de rangement en nette augmentation en comparaison de l’ancien modèle sur lequel les coffres étaient rapportés sur le pont. De ce point de vue, le nouveau 900 Sun est particulièrement bien pourvu avec la cale arrière à double fond qui bien que contenant les deux batteries offre encore du stockage, les deux coffres latéraux de la banquette avec bacs étanches, l’immense coffre avant qui sert de socle au solarium, le puits de mouillage indépendant, sans oublier l’intérieur de la console qui, s’il abrite un cabinet de toilette avec lavabo et WC marin électrique, peut encore accepter de « digérer » quelques affaires de l’équipage. Par contre, lorsque l’option réfrigérateur est cochée, le corps du leaning-post ne peut rien recevoir de plus. Ces nombreuses possibilités de rangement sont en phase avec le nombre de vraies places assises. Il y a bien cinq/six places sur la banquette arrière auxquelles s’ajoutent les deux du siège de pilotage et les deux du siège intégré à la console. Et la configuration des flotteurs permet encore d’asseoir convenablement quatre passagers (deux sur chaque tube) qui pourront se tenir à l’armature du hard top. Ainsi, si toute la famille vient, les amis seront aussi du voyage !



 



Lors des haltes dans les criques, le pique-nique et les boissons seront servis frais grâce au frigo tiroir à façade inox intégré sous un grand évier avec planche à découper. Et, pour se prémunir des coups de soleil, le chantier propose deux tauds en toile micro perforée (cela laisse passer un peu d’air) fixés sur des pylônes en composite, légers et faciles à mettre en œuvre et à stocker. Pour le reste, l’accastillage est bien distribué et d’un inox de belle facture. L’échelle de bain télescopique, semi-encastrée, est flanquée d’une anse pour faciliter la remontée à bord, les taquets arrière et avant, bien dimensionnés, sont faciles d’accès, les mains courantes en nombre (hiloires, leaning-post, console) sécurisent les déplacements à bord, et le dispositif de mouillage intégré au support de davier en polyester intègre le guindeau électrique livré en standard. Quant au tableau de bord, si son design est assez basique, il a le mérite d’offrir beaucoup d’espace pour intégrer les incontournables aides à la navigation, notamment un GPS-traceur à grand écran (non monté sur notre bateau d’essai) et une radio hi-fi, sans oublier l’afficheur multifonction du Yamaha et sa commande électronique gaz/inversion de marche. Le haut de la planche de bord réserve deux vide-poches bien pratiques et le pare-brise culmine assez haut pour offrir une protection appréciable pour les sorties par temps frais. Concernant la position de conduite, elle est confortable tant debout en appui lombaire qu’assis, mais on aurait préféré deux assises individuelles plutôt qu’une seule commune au pilote et au copilote.   



 



En mer



Pas beaucoup de clapot lors de notre essai… A défaut de juger vraiment du confort marin du nouveau 900 Sun, à l’exception du passage en souplesse sur quelques petits sillages rencontrés dans la baie de Cavalaire, nous avons pu apprécier la docilité de ce grand semi-rigide qui se laisse mener au doigt et à l’œil. Un regret tout de même : un choix d’hélice inapproprié nous a privé d’apprécier tout le potentiel performance et agrément de pilotage de ce Tempest. En effet, doté pour cet essai d’une 21 pouces, le gros V8 Yamaha (le plus puissant hors-bord de sa gamme) n’a pas pu exprimer sa fougue habituelle, que ce soit en vitesse maxi avec un honnête 45 nœuds (les techniciens Yamaha auraient atteint 52 nœuds avec une 18 pouces), ou en accélération avec un déjaugeage quelque peu laborieux (7’’4). Il manquait en effet près de 600 tr/min au régime maxi, apport du trim compris (+ 300 tr/min)… Bien qu’une hélice plus longue soit favorable à la vitesse de pointe, lorsque le moteur ne travaille pas dans la plage de régime idéale, cet avantage théorique ne se vérifie pas. Le couple phénoménal du V8 XTO n’a donc pu s’exprimer dans toute sa (dé)mesure… Un peu frustrant donc. Reste que, même partiellement amputé de son potentiel dynamique, le 900 Sun a fait plutôt bonne figure, avec une tenue de cap et une stabilité remarquable lors de quelques allègements sur un restant de houle, ainsi que de belles dispositions pour boucler une série de virages engagés énergiquement. Pas de dérapage, pas de coup de raquette, pas ventilation en sortie de virage… Juste un léger manque de fougue pour s’extirper des courbes les plus serrées. Bref, ce gros monomoteur sera à mettre entre toutes les mains, nous semble-t-il, même si avec une hélice mieux adaptée, ses performances se situeront un cran plus haut. Déjà, malgré ce handicap « vitesse », nous avons pu apprécier les rendements économiques du V8 (0,52 à 0,50 mille par litre) sur une plage de régime de croisière étendue, de 3 000 tr/min (19,6 nœuds) à 4 000 tr/min (30,5 nœuds). Ces ratios, très convaincants pour un moteur de cette puissance et en dépit du handicap que représente cette hélice, correspondent à une autonomie de 184 à 175 milles, ce qui permet d’envisager de nombreuses balades avant de repasser à la pompe. Considérant le prix actuel du carburant, ce n’est pas à dédaigner… Précisons que le Tempest 900 Sun devrait être disponible dans le réseau Capelli/Yamaha dès septembre prochain, avec les motorisations suivantes : en monomoteur de 300 ou 425 ch, en bimoteur de 2 x 200 ou 2 x 250 ch.



photo Capelli Tempest 900 SUN


photo Capelli Tempest 900 SUN


photo Capelli Tempest 900 SUN


photo Capelli Tempest 900 SUN


photo Capelli Tempest 900 SUN


photo Capelli Tempest 900 SUN


photo Capelli Tempest 900 SUN


photo Capelli Tempest 900 SUN





Qualité de réalisation        

Comportement      

Performances      

Equipement        

Adéquation programme        

Rapport qualite/prix        

L’agrément et la facilité de pilotage
Le plan de pont et l’équipement bien pensés
Le cabinet de toilette
La convivialité du carré arrière en U
La capacité de rangement
Le choix d’hélice qui pénalise les performances
L’absence de vérin sur les coffres latéraux arrière
L’assise du siège de pilotage pas individualisée
Qu’il manque une poignée pour le copilote
L’absence de retrait de la console au niveau des genoux

Face a la concurrence…

Modéle Sport 900 Clubman 30 Adrenalina 9.5
Marque Highfield (Italie) Joker Boat (Italie) Lomac (Italie)
Imporlation Highfield France (29 – Guesnou) HEP (83 – Hyères) Stélie Nautic + revendeurs
Longueur 9,12 x 3,10 m 9,50 x 3,28 m 9,30 x 3,00 m
Nb de personnes 15 16 20
Matériau flotteur CR/CSM CR/CSM CR/CSM
Prix 114 135 € (sans moteur) 133 790 € (sans moteur) 134 500 € (sans moteur)
PERFORMANCES
Vitesse maxi 45,0 nds à 5 400 tr/min
Vitesse de croisière rapide 36,3 nds à 4 500 tr/min
Vitesse de croisière economique 25,5 nds à 3 500 tr/min
Temps de jaugeage 7,4 secondes
Accélération de 0 a 20 nds 6,9 secondes
Vitesse minimale d’hydroplanage 16,5 nds à 2 700 tr/min
Consommation en usage courant (estimation) 40 l/h
Autonomie en usage courant (estimation) 8 h 45 min
Hélice de l'essai 21’’ inox 3 pales