Essai Lomac Big Game 660

Destination pêche

Rares sont encore les semi-rigides équipés par le constructeur pour la pêche. Lomac a franchi le pas avec ce 22 pieds à l'appellation évocatrice, offrant de série quelques accessoires ciblés. Et, comme ses qualités marines ne sont pas en reste, ce Lomac a de quoi séduire les aficionados de la pêche ne mer…

Texte et photos Philippe Leblond


 36 000 € sans moteur (tarif 2015)
 6.48 m
 18
 42,5 nds avec Mercury 150 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 108 Juillet/Août 2015



Après Gommonautica, Zodiac, Valiant puis Zeppelin, Lomac Nautica s'est décidé à franchir le pas : proposer aux amateurs de pêche en mer un semi-rigide équipé pour cette activité spécifique. Un pari pas gagné à l'avance, sachant que cette "race" de plaisanciers possède des idées bien arrêtées, et n'aime rien mieux que se façonner un cockpit sur mesure pour partir taquiner bars, lieux, dorades, dentis et autres trésors subaquatiques. Cela explique d'ailleurs le succès rencontré par certaines marques de semi-rigides dont l'aménagement se fait entièrement à la carte, à l'exemple de Centaure, Northstar, Ribcraft, Sea Rib's, Tarpon, Tornado… Cette liste, loin d'être exhaustive, montre que le créneau ne manque pas de prétendants !
Visuellement, le Big Game 660 se signale par l'heureux contraste que forment son gros œuvre entièrement gris et sa sellerie orange. Cette dernière égaie juste ce qu'il faut l'image "pro" de ce modèle élaboré à partir de la coque éprouvée du 660 Club. Bien assis sur ses flotteurs de 56 cm de diamètre, ce nouveau Lomac (il a été présenté au Grand Pavois de La Rochelle) n'en possède pas moins une carène fine et profonde à l'avant, et une étrave assez relevée. La silhouette, bien équilibrée, ne manque pas d'élégance ni d'originalité grâce à une console et un leaning-post au dessin sophistiqué. Ces deux beaux éléments en polyester, enduits de gel-coat gris comme la coque et le pont, sont sans conteste les "stars" du cockpit. La console, avec son étonnant profil en ligne brisée, possède une apparence "high-tech". A la barre, on apprécie d'emblée la position de conduite, bien en appui sur l'assise courbe du leaning-post et pieds bien ancrés au sol, grâce à l'important retrait de la partie basse de la console. Les commandes sont à bonne hauteur (même pour un pilote de haute stature) et le module supérieur du tableau de bord est suffisamment spacieux pour y intégrer, au choix, deux combinés de taille moyenne ou un seul à grand écran. Par contre, le rebord supérieur, qui comporte un compas bien dans l'axe du pilote, est haut placé et peut gêner la vue d'un barreur de petite taille. On apprécie également la réglette située derrière le volant, permettant de poser de petites affaires à portée de main sans qu'elles ne tombent dans le cockpit, de même que le vide-poches ouvert, placé plus bas. En revanche, on déplore l'absence d'une poignée face au copilote qui n'aura que la main courante du leaning-post pour se tenir… Ce dernier est un élément majeur de l'aménagement de pont. S'il possède une emprise au sol importante, il laisse néanmoins de larges passavants et regroupe de nombreuses fonctions. Au-delà de son assise qui est un peu étroite pour deux, il dispose d'un important volume de rangement dont le fermoir réglable peut recevoir un cadenas. Il intègre également des tiroirs à leurres, un petit vivier à circulation d'eau de mer, avec branchement pour un jet d'eau, un lavabo, trois mains courantes avec supports de cannes… Pour l'action canne en main, les pêcheurs préféreront l'avant du cockpit plus spacieux et profond. Mais, ils apprécieront aussi, à l'arrière, les goulottes de drainage alimentant les vide-vite commandés par des manchons repliables. La protection de l'étrave, avec son large doublage en Vibram (caoutchouc antidérapant et ultra résistant), est aussi une bonne chose, de même que le coffre à mouillage, moulée avec le pont.
Sans faire appel à la puissance maxi (175 ch), le Big Gamme 660 signe des performances consistantes. Avec une V-max de 42,5 nœuds (il ferait sans doute mieux sur un plan d'eau plus clément, car nous sommes restés en deçà du régime maxi), il permettra de se rendre rapidement sur les zones de pêche éloignées, et notamment à des allures de croisière à la fois élevées et économiques. Nous en voulons pour preuve les 28,6 nœuds, à seulement 4 000 tr/min, synonymes d'un excellent rendement : 1,21 mille parcouru par litre consommé, avec une conso instantanée de 23,6 l/h. Et comme le Big Game est capable de planer à partir de 13 nœuds, il est possible de moduler à loisir son rythme de croisière à partir de 3 000 tr/min, soit 17,7 nœuds, afin de préserver son confort dans une mer difficile. De ce point de vue, le Lomac fait de son mieux pour amortir les impacts sur les vagues, et préserver un minimum de confort, grâce à un dessin de carène efficace.
Pour ce qui est du comportement dynamique, nous avons eu droit à une jolie démonstration de pilotage rapide par Sébastien Lemoine (associé à la tête de Dinard Marine avec Julien Poussin), pilote inshore multiple champion de France : sauts de vagues en série, virages appuyés, gestion fine du trim… Nous avons pu apprécier les qualités évolutives du Big Game en prenant à notre tour ses commandes. Déjaugeage express (3 secondes piles !), poussée énergique jusqu'au régime maxi et relances toniques en sortie de virage sportif, malgré une hauteur de montage à + 4 cm. La gîte intérieure modérée, le gros grip et la précision des trajectoires participent du plaisir de conduite. Idem en ligne droite, dans la vague, avec une carène vivante mais bien équilibrée, qui nécessite tout de même une bonne dose de trim avec mer de l'arrière pour ne pas "retomber" sur l'étrave et éviter le petit effet de lacet à la réception des sauts, dans une mer cabossée par des creux d'environ un mètre. Il ressort, de cet essai musclé, l’évidence d'un mariage réussi avec le Mercury 150 Fourstroke. Pas besoin d'opter pour un 175 ch, le F150 fait largement l'affaire. Un équipage réduit pourra même se contenter d'un 115 ou d'un 130 ch.



photo Lomac Big Game 660


photo Lomac Big Game 660


photo Lomac Big Game 660


photo Lomac Big Game 660





Conclusion
Marin et performant, ce nouveau Lomac dérivé du 660 Club montre que cette carène reste totalement d'actualité. L'innovation réside dans l'aménagement du cockpit avec des éléments étudiés pour la pratique de la pêche en mer, avec une console et un leaning-post à la fois fonctionnels et esthétiques. Les amateurs de pêche, ne devaient pas y rester indifférents.




06
03
04 05 02
je suis la