Essai Master 699 Open

Carré VIP

Le nouveau Master a le sens de l'accueil, avec notamment un carré élégant et convivial. L'ergonomie des sièges, la présence du teck synthétique rendent le cockpit très agréable au mouillage, mais aussi en navigation où ce semi-rigide, qui échappe à la taxe de francisation, s'avère efficace et performant.

Texte et photos Philippe Leblond


 40 800 € sans moteur (tarif 2016)
 6.99 m
 12
 44,0 nds avec Honda 200 ch 4T
Banniere_axa

Orca-logo_rvb

Paru dans le Pneumag n° 91 Septembre/Octobre 2012



Le centimètre qui lui manque pour afficher fièrement sept mètres de longueur est absolument intentionnel de la part du chantier italien. Ainsi, son nouveau semi-rigide échappe à la taxe française qui touche les navires de plaisance de sept mètres et plus, tout en exploitant le maximum de ce qui est autorisé. Par contre, le 699 Open est un peu trop large (2,72 m) pour éviter le dégonflage partiel de ses flotteurs afin de prendre la route sur sa remorque. Il reste néanmoins transportable, sachant toutefois que son poids implique un véhicule assez puissant. Moins de sept mètres donc, mais un beau "bébé" que ce Master, avec ses larges épaules (flotteurs de diamètre constant) et une étrave bien défendue (une habitude chez Master), dominée par une delphinière que d'aucuns jugeront un peu massive. Mais la console profilée et l'arceau polyester intégrant le cabriolet, rejeté vers l'arrière, suffisent à dynamiser la ligne de cet élégant semi-rigide. Elégant, en effet, par sa silhouette puissante et le contraste heureux de ses coloris, mais aussi par la qualité perçue qui en émane. L'ouvrage polyester, robuste sous son gel-coat noir, les flotteurs sans défaut apparent, la sellerie ferme et bien coupée avec son aspect texturé couleur bronze, le plancher et les plates-formes de bain revêtues de simili teck, ajoutant une touche chaleureuse… Voilà qui donne envie d'embarquer !
Le cockpit du 699 Open présente une longueur intérieure optimale, occasionnant une belle habitabilité. Néanmoins, la conception de la delphinière, intégrant un coffre à mouillage un cran plus haut que le solarium, fait que ce dernier est un peu court (150 cm pour 128 de large). Pour se "rattraper" le constructeur a prolongé le matelas jusque dans les passavants de la console… Le bain de soleil de la poupe est un peu plus généreux : 154 x 185 cm. Il s'étale sur deux niveaux et utilise la table de pique-nique, cette dernière se dressant très facilement sur son pied pour former l'un des plus beaux salons de pont de la catégorie, pouvant asseoir six à huit personnes avec le concours du siège pilote basculant. La circulation vers l'avant est aisée, grâce à de larges passavants que l'on empruntera avec l'aide de mains courantes (pas encore montées sur notre bateau d'essai). L'imposante console qui se signale par un dessin sportif (pare-brise profilé) offre, sur sa face avant, un confortable siège enveloppant pour une personne, et s'ouvre en un grand panneau frontal aidé par deux vérins, pour offrir un important volume de rangement et, en option, un WC. Sous le matelas de solarium, on trouve sans surprise, un coffre qui épouse le V de la carène. Profond, il n'est en revanche pas très spacieux, mais il est secondé par une grande soute arrière qui court sous toute la longueur de la banquette. Aux heures chaudes, l'arceau arrière déploie un cabriolet de toile noire qui couvre l'ensemble de la partie arrière, de l'extrémité du solarium jusqu'au pare-brise de console.
Le moment est venu de prendre la barre du 699 Open. Un bon point pour la position de conduite, avec des commandes (volant et gaz) qui tombent naturellement sous la main, et pour le tableau de bord bien agencé, avec une lisibilité parfaite des instruments moteur et de la centrale de navigation intégrée. Une poussée énergique sur la manette des gaz et l'on est gratifié d'une accélération qui ne l'est pas moins, puisque les 20 nœuds sont atteints en 5 secondes, à l'issue d'un déjaugeage rapide ponctué d'un cabré modéré. Dès les 10 nœuds, la carène du Master hydroplane, bien dans ses lignes. Avec une vitesse maxi de 44 nœuds (avec une hélice alu !), la plage des régimes intermédiaires correspondant aux allures de croisière est particulièrement large. Nous avons relevé 23,6 noeuds à 3 500 tr/min (rendement idéal) et 32,5 nœuds, lorsqu'on veut "raccourcir" les distances. Il est même possible de croiser encore plus doucement, ou plus vite, en fonction des conditions de mer. En pilotage sportif, le 699 Open révèle un fier tempérament. A la fois vif et docile avec le Honda BF200 (proche de la puissance maxi), ce semi-rigide, bien que performant, peut être mis entre toutes les mains. Cela se confirme tant en recherche de vitesse, même avec beaucoup de trim (aucun roulis), qu'en virage "attaqué" où, marquant une gîte modérée, le Master enchaîne les courbes avec précision, faisant preuve d'une bonne accroche et se relançant avec aisance. La ventilation de l'hélice ne survient que lors des braquages en butée et des remises de gaz brutales. Très confortable en allure de croisière (bon amorti dans le clapot et sur les sillages, sonorité mécanique discrète), il est amusant à barrer lorsqu'on hausse le rythme, sa tenue de cap n'étant jamais prise en défaut, malgré une carène assez aérienne. Selon nous, le 699 Open pourrait très bien s'accommoder d'un 175 ch, voire d'un 150.



photo Master 699 Open


photo Master 699 Open


photo Master 699 Open


photo Master 699 Open


AU PONTON
La console s'ouvre en grand, facilitant le stockage du matériel. Il est prévu une option WC chimique, mais pour l'utitliser, il faudra se faire tout petit... La "star" de ce Master est sans conteste son carré de poupe, dont la banquette en U est très confortable et peut recevoir de nombreux convives à l'heure de l'apéritif. La banquette de pilotage (petite biplace) a la bonne idée de basculer vers l'arrière pour compléter le carré. Le siège placé devant la console est aussi très ergonomique. Le Flexiteek qui habille le sol du cockpit et les plates-formes de bain apporte sa touche chaleureuse.




EN MER
Vif, maniable, précis, ce Master 699 offre beaucoup d'agréement à son pilote et s'avère vraiment facile et sûr à barrer. Les performances, sont au diapason malgré une hélice alu (montée pour la location). Son étrave bien défendue devrait aussi être un atout en mer formée. Sur le clapot du Golfe de Porto-Vecchio, le nouveau Master s'est montré confortable, à toutes les allures.




2
3
je suis la